La Fondation Thalie édite des bijoux d’artistes et des multiples liés à ses expositions.

Valérie Mannaerts
Private Architecture (oui oui non non)

Sculptrice autant que peintre, l’artiste belge Valérie Mannaerts a imaginé pour les éditions Thalie, Private Architecture, une parure inspirée du bijou pectoral précolombien dans la découpe à la feuille. Un bijou singulier lié à l’univers plastique de l’artiste : l’ornement et le fantasque. Private Architecture (oui oui non non) se déploie comme un éventail. Tel un talisman, il révèle et protège avec ses amulettes en céramique représentant de petits fantômes ou des cuillères comme des good lucks charms. Un bijou joyeux et mystérieux !

Née en 1974 à Bruxelles, Valérie Mannaerts a été artiste en résidence à l’ISCP New York (2008) et à la De Rijksakademie Amsterdam (2007). Valérie Mannaerts a participé à de nombreuses expositions, notamment Huis Clos, Biennale de la peinture, Musée Roger Raveel (2020), Convex/Concave: Belgian Contemporary Art, TANK, Shanghai (2019), What is Ornament? Triennale d’Architecture, Lisbonne (2019), Family Fiction, Extra City, Anvers (2019), Curtain Call, IFFR Kunsthalle Rotterdam (2018), Real Somethings, Bernier/Eliades Galerie, Bruxelles (2017), Plain/Purl, Designmuseum, Gand (2017), Arbalette, Maniera Bruxelles (2016), Solid Liquids, Kunsthalle Münster (2016) ; Everything Architecture, Bozar Bruxelles ; Words aren’t the Thing, CAC, Vilnius (2015) ; The Corner Show, Extra City, Anvers (2015) ; Small Museum for the American Metaphor, RedCat Gallery, Los Angeles (2014), Real if I want to, Elisa Platteau Galerie, Bruxelles (2014) ; Orlando, Bozar, Bruxelles (2013).

Valérie Mannaerts est représentée par la Galerie Bernier/Eliades, Bruxelles & Athènes.

Valérie Mannaerts - Private Architecture (oui oui non non)

Édition limitée : 10 exemplaires + 2 E.A

Laiton plaqué or.
Parure entièrement réalisée à la main. Mots gravés et pampilles en céramique

4500€
Ajouter au panier

Lionel Estève
Morphée

« Je pensais que cette plante fleurissait en Orient, sur les contre-forts de l’Himalaya ou en Turquie et quelle ne fut pas ma surprise, de découvrir quelques pieds au détour d’un chemin dans ma campagne Provençale. Cette fleur de pavot rose pâle aux tons légèrement violacés ne fleurit qu’une semaine à peine, pour laisser ensuite la place à un bulbe coiffé d’une petite couronne. La contempler, c’était pour moi une façon de rencontrer la mythologie. Cette fleur aux couleurs délicates m’apparaissait ambivalente, pleine de soleil et de parfum d’été mais aussi porteuse de ténèbres, dangereuse et interdite, puisque l’opium est sa sève. Je devais lui rendre hommage. Un été, j’ai donc récolté ces capsules pour les dorer à la feuille d’or et réaliser ces sculptures miniatures. Ce geste était pour moi une façon de perpétuer la grandeur de cette fleur, d’illustrer comment elle fût idolâtrée pendant l’antiquité, et comment malgré sa grâce et sa fragilité,  elle reste dotée d’un pouvoir effrayant. Des ces sculptures , j’ai réalisé un pendentif au tirage limité de  50 exemplaires, une édition exclusive que je me réjouis de vous faire découvrir aujourd’hui ».

Lionel Estève, les mots de l’artiste

Lionel Estève est né en 1967 à Lyon. Il vit et travaille à Bruxelles, Belgique. Son œuvre se situe à la croisée du dessin, de la sculpture et de l‘installation. L’informel et la fragilité qui caractérisent ses œuvres, jouent sur la notion d’espace, de couleurs et de la perception sensorielle. Ces œuvres rappellent l’intérêt de l’artiste pour les énergies créatrices et leurs captations. Artisan-chercheur, Lionel Estève aime à déployer matières, lignes, couleurs dans l’intervalle du perceptible et de l’imperceptible « Mes œuvres, je les perçois comme mentales. J’espère qu’elles vivent de la même manière dans la tête du public. Je n’attends pas qu’il comprenne, mais que ça lui aère l’esprit. »

Lionel Estève - Morphée

Pavot en cire perdue, bronze plaqué or, 2018
50 exemplaires, 3 épreuves d’artiste

10 derniers exemplaires à la vente

450€
Ajouter au panier

Rain Wu
The Tea Set

The Tea Set est une édition de l’artiste designer Rain Wu, accueillie en résidence en 2018 à la Fondation.
The Tea Set est un ensemble d’éléments en céramique réalisés en grès par Rain Wu en 2016 et qui ont été présentés au Design Museum de Londres, à la Tate Modern et au Woodruff Art Centre, Atlanta (États-Unis).
Avec The Tea Set, l’artiste souhaite rendre un hommage personnel à l’histoire culturelle de la tradition du thé dans la vie quotidienne britannique à travers une cérémonie contemporaine inspirée par un rituel asiatique.

Rain Wu est une artiste originaire de Taïwan vivant et travaillant entre Maastricht, Bruxelles et Londres. Dans son travail, elle s’intéresse aux experiences interactives, aux récits spa- tiaux et à l’exploration matérielle. Sa dernière installation intitulée From Strata of Memory to Layers of Rock avec Ralf Pflugfelder (duo RARA) a été accueillie à la Fondation Thalie à Bruxelles en septembre 2018.

Rain Wu - The Tea Set

Grès, glaçure, 2018
6 + 2 EA

3500€
Ajouter au panier

Sirine Fattouh
Les Dormeurs

« Les Dormeurs » représentent des sculptures en argile initiées en 2017 à la suite d’insomnies récurrentes. Chaque sculpture correspond à une nuit d’insomnie. Le projet a évolué en une série de dessins et des photographies où chaque dormeur est photographié dans la main d’une personne et dans la position qui lui plaît. J’ai par la suite réalisé des tirages en laiton puis en argent. Le dormeur en argent porté dans la main reflète des fragments du visage de la personne le portant. »

Sirine Fattouh, les mots de artiste

Une oeuvre sensible, intimiste et à la fois universelle puisque ces objets évoquent un « lâcher prise » que tout être humain expérimente dans le sommeil.

 

Née en 1980, Sirine Fattouh est une artiste plasticienne et chercheuse qui vit entre Paris et Beyrouth. Intéressée par des histoires venues d’en bas, son travail d’artiste et de chercheuse consiste à examiner les conséquences de la violence et des déplacements sur l’identité des personnes.
Elle est titulaire d’un PhD en arts visuels et en esthétique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UFR04) et d’un Master de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris Cergy (ENSAPC). Sirine Fattouh a enseigné les arts visuels à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et est affiliée au Centre de recherche en arts visuels (Institut ACTE UMR 8218). En 2011, elle a été commissaire adjointe pour l’art du Moyen-Orient au Centre Pompidou à Paris.
Son travail a été exposé lors d’expositions collectives et d’expositions personnelles telles que le Centre Pompidou (Metz, France), le musée MAXXI (Rome, Italie), la Fondation d’Entreprise Ricard (Paris, France), la Akinci Gallery (Amsterdam, Pays-Bas), Kaaï Studio (Bruxelles, Belgique), Beirut Art Center (Beyrouth, Liban), Mucem (Marseille, France), ZKM (Karlsruhe, Allemagne), The Empty Quarter Gallery (Dubaï, EAU), Edge of Arabia (Brick Lane, Londres), La Villa Savoye de Le Corbusier (Poissy, France), l’Institut du monde arabe (Paris, France), l’Institut français de Beyrouth (Liban) et la Thessaloniki Biennale of Contemporary Art (Thessalonique, Grèce).

Sirine Fattouh - Les Dormeurs

Sculpture, Argent, 2019
Environ : 6 x 8 cm Ed. 4

1000€
Ajouter au panier